Reconversion et évolution professionnelle - Nextformation
satisfaction des participants Nextformation est adh�rent FFP Nextformation est certifi� OPQF

5 choses que vous devez faire pendant votre période de chômage !


On vous a rabâché qu’être au chômage était synonyme de désespoir et de repli sur soi ? Et pourtant c’est une période transition par laquelle un bon nombre d’entre nous est passé. Il ne revient qu’à vous d’en faire un tremplin pour mieux rebondir et la transformer en véritable opportunité.

Comment utiliser cette période à bon escient ? Que faire pendant son chômage ? Comment l’utiliser à votre avantage pendant les entretiens ?

L’idée étant de se sortir d’un schéma de pensée négatif et de clouer le bec aux préjugés.

Accordez vous du temps … de développement personnel !

Bien souvent lorsque l’on se retrouve sans emploi, on traverse une phase de doutes et de questionnements. Deux options s’offrent alors à nous : nous pouvons soit nous laisser envahir par ces sentiments négatifs ce qui risque malheureusement de nous paralyser. Soit en profiter pour les poser à plat et entreprendre un véritable plan d’action axé sur votre développement personnel.

Comment faire ? Sur une feuille de papier, notez tous les doutes qui vous viennent à l’esprit puis, dans un second temps, réfléchissez et notez ce que vous aimeriez voir changer sur le plan professionnel ET personnel.

Il est parfaitement naturel de se sentir angoissé lorsque l’on se retrouve sans emploi mais n’oublions pas que l’anxiété réside dans le fait de se projeter dans l’avenir au point d’en oublier de vivre le moment présent.

Et c’est dans ce détail que réside tout notre mal-être. Il existe aujourd’hui bien des techniques qui ont fait leur preuve, pour nous aider à refocaliser notre esprit et le libérer de l’emprise des pensées négatives.

Parmi ces techniques, on recense :

  • La méditation : une étude menée par les chercheurs de l’Hôpital Général du Massachusetts conclu que la méditation peut transformer notre cerveau en 8 semaines. Ainsi, elle aurait un impact sur les zones du cerveau en lien avec la mémoire, la conscience de soi, l’empathie et le stress ! Ses bienfaits ne s’arrêteraient pas là puisqu’on la reconnait comme agissant sur l’immunité, la pression artérielle et les douleurs chroniques. La MBCT (thérapie cognitive basée sur la pleine conscience) est d’ailleurs utilisée par plus de 200 hôpitaux américains pour contrer la rechute de personnes déprimées.

Vous ne savez pas comment commencer ?

Télécharger l’application petit bambou utilisée par 1.5 million de personnes et qui propose des programmes de méditation guidée afin de vous aider à commencer et poursuivre votre pratique.

  • La visualisation : S’il vous est déjà arrivé de percevoir les symptômes de la peur se faire ressentir dans votre corps dans le noir par exemple, comme si une véritable menace se dressait devant vous, vous ne serez donc pas surpris de l’étonnant pouvoir de la visualisation. Elle est définie comme étant une capacité mentale nous permettant de nous représenter un objet, un son, une situation, une émotion ou une sensation. On se sert de la visualisation pour agir sur des comportements ou des processus physiologiques. L’idée étant de se représenter mentalement une situation (un examen par exemple) avec tous les éléments de contexte (salle, bureaux, silence … avec les détails précis de chaque élément), les différentes étapes et se visualiser en train de  surmonter les difficultés. Pour plus d’informations, consultez les caractéristiques de la visualisation créatrice.
  • L’hypnose : Loin de coller à l’image folklorique que l’on s’en fait, l’hypnose est très utilisée dans les milieux médicaux pour se défaire de problèmes personnels et relationnels qui ont leur source dans l’inconscient. L’hypnothérapeute « suggère » au patient de se défaire de ces idées nuisibles ancrées dans les profondeurs de notre cerveau et aurait des effets bénéfiques sur la perte de poids, la gestion du stress, l’arrêt du tabac etc. Pour en savoir plus sur la thérapie par l’hypnose.

Optez pour un job temporaire

Le plus grand challenge lorsque l’on a plus d’emploi est de garder un bon rythme. Passé votre première semaine (où on vous le concède – vous avez bien mérité vos grasses matinées), il faut impérativement vous forcer à reprendre votre ancien rythme et rester actif !

Pour cela vous pouvez prendre contact avec les boites d’intérim. L’idée ici est de démontrer aux recruteurs que vous êtes toujours actif et volontaire. De plus, vous pouvez très bien obtenir une recommandation qui vous permettra de décrocher plus facilement un contrat permanent. 

Si vous avez l’âme d’un entrepreneur, vous pouvez également envisager de lancer votre blog, votre chaine YouTube, vous mettre en freelance ou même à votre compte. Et oui, malgré les croyances, un bon nombre de chômeurs ont mis à profit cette période de transition pour se lancer en auto-entrepreneur. D’ailleurs, une entreprise sur deux serait créée par un demandeur d’emploi. Pour rappel, l’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) délivrée par Pôle Emploi, a pour objectif de faciliter le lancement de votre entreprise.

Réseautez !

Parce que les opportunités professionnelles ne se trouvent pas uniquement sur Indeed mais se font aussi beaucoup par réseaux, informez votre entourage (amis, famille, anciens collègues) que vous êtes en recherche et demandez leur aide pour trouver un emploi dans un secteur qui vous convient. Selon une étude 2018 de l’APEC, 58 % des recruteurs font appel à leur réseau personnel ou professionnel pour attirer un candidat. Vous n’êtes pas à l’abri qu’un tel connaisse un tel qui recherche justement quelqu’un dans votre branche. Si vous n’avez pas encore de profil LinkedIn, pensez impérativement à en créer un, ce qui vous permettra non seulement de garder contact avec vos anciens collègues mais aussi de bénéficier de leur réseau et prendre contact plus facilement avec les recruteurs. Ainsi, n’oubliez pas de personnaliser vos messages et d’adopter un style direct et des messages courts pour ne pas décourager vos interlocuteurs. 

Envisagez le bénévolat pendant votre chômage !

Si vous êtes chômeur et indemnisé par Pôle Emploi, vous pouvez devenir bénévole sans perdre vos allocations chômage. Bien évidemment, il faut remplir certaines conditions : l’association dans laquelle vous allez travailler ne doit pas d’une être votre ancien employeur et de deux – empêcher l’embauche potentielle d’un salarié. Le bénévolat est un excellent tremplin pour vous maintenir dans la vie active et se donner une bonne raison de se lever tous les matins. En plus de gagner en estime de soi.

A lire aussi : Pourquoi aider une association à côté de sa vie pro ?

Formez-vous !

Une fois que vous avez fait le bilan sur vos aspirations personnelles et professionnelles, vous pouvez envisager une formation pour évoluer ou même changer de métier. Profitez de ce temps libre pour offrir un nouveau souffle à votre carrière. Des dispositifs d’aide à la formation ont été mis en place pour faciliter votre retour à l’emploi. Si vous percevez l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), vous continuerez d’en bénéficier pendant la durée de la formation. D’autres aides comme l’AIF (Aide Individuelle à la Formation) ou l’AIRE (Aide Individuelle Régionale vers l’Emploi) vous permettent de financer votre formation.

Si vous êtes demandeur d’emploi, nos conseillers pédagogiques peuvent vous accompagner dans le montage de votre dossier – n’hésitez pas à nous contacter. 

 

Actualités, événements, formations, soyez les premiers informés en nous suivant sur les réseaux sociaux